Groupement des Sylviculteurs des Monts du Pilat

CONNEXION

mot de passe oublié ?
Accueil > actualités > Tournées et visites > Visite d’un chantier de reboisement

Visite d’un chantier de reboisement

compte-rendu et photos

Les peuplements d’épicéas installés depuis les années 70, sont récoltés de façon massive aujourd’hui. Il y a un très fort regain d’intérêt du marché sur ces épicéas issus de plantations. Cependant, on remarque après les épisodes successifs de tempête, neige lourde et sécheresse un désintérêt pour certains propriétaires à reboiser.

Vendredi 18 avril 2014 à Marlhes, une quarantaine de propriétaires se sont retrouvés sur un chantier de reboisement en cours, pour faire le point sur cette problématique, et pour présenter les techniques mises en œuvre ainsi que les coûts.



Yannick Durand, technicien du CRPF, précise les critères déterminants à analyser pour la bonne réussite des travaux : topographie, exposition, pluviométrie, gelées, orientement des lignes…
Il rappelle l’existence du guide « choix des essences forestières » qui permet suite à une analyse de son terrain de caractériser la station et de connaître les essences adaptées pour la production de bois d’œuvre.
La commercialisation des graines et plants est réglementée. Il est important de choisir la provenance recommandée pour le lieu de plantation.

Yves Mangavel de la DDT précise les obligations du propriétaire après coupe à blanc d’épicéas.
Il est tenu de reboiser si la parcelle fait plus de 1 ha et si elle est située dans un massif d’au moins 4 ha.

Jean Michel Oriol présente le fonctionnement de la Coforêt pour la réalisation de travaux sylvicoles. Il a en charge l’établissement de devis et l’exécution des travaux.
C’est l’entreprise Genthial qui a effectué les potets travaillés à la pelle mécanique. Puis c’est la coopérative qui réalise elle-même les travaux de plantation et la pose de protection.
Jean Michel Oriol montre aux propriétaires ce qu’est un plant de qualité : droit, sain, frais, vigoureux et possédant un chevelu racinaire fourni. Le plant doit être correctement mis en terre. Il ne doit pas pouvoir être arraché facilement.

Un débat s’engage sur la largeur et l’écartement des andains (préférer des petits andains) et sur les densités : 800/1 000 pour les essences à croissance rapide comme le douglas et le mélèze / 1000/1100 pour l’épicéa et les pins.

Un point particulier a été consacré aux techniques de protection des plants. Les douglas installés sur le chantier visité ont été traités préventivement contre l’hylobe, procédé « merit forest » qui garantit les plants 18 mois contre des attaques de charançons. Par ailleurs 2 piquets d’acacias ont été posés auprès de chaque plant pour le protéger de la dent du chevreuil.

La conclusion de cette tournée a été d’affirmer la nécessité d’effectuer des travaux de plantation de qualité. Il s’agit d’un investissement à long terme. Planter coûte cher : environ 4 000€ l’hectare et la protection contre le chevreuil (fourniture et pose) représente un 1/3 de ce coût.

...... d’autres photos sur l’album photos —> clic